Variations migratoires

oies

Fenêtre du bureau de campagne. Elles migrent vers le Sud. Cela donne un indice sur l’exposition du bureau. L’opportunité de survie a contraint certaines espèces à migrer pour des cieux plus cléments. L’homme lui-même a longtemps été nomade avant de se sédentariser.

Un village en 2016. Le problème, c’est qu’ils sont de plus en plus nombreux. Et puis, ils restent entre eux. On leur construit des mosquées. Ils ont du mal à s’adapter à notre culture. Ce sont souvent des voleurs mal élevés…

Un autre village, en Algérie, en 1950. Le problème, c’est qu’ils sont de plus en plus nombreux. Et puis ils restent entre eux. On leur construit leurs églises. Ils ont du mal à s’adapter à notre culture et nous imposent la leur. Ils pillent nos ressources sans aucun respect.

Le point commun entre ces deux endroits et ces deux époques, c’est que ceux qui sont en bas de l’échelle sociale, c’est toujours les mêmes.

C’est simpliste ? Peut-être. Mais c’est totalement faux ?

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

24 commentaires pour Variations migratoires

  1. LYDIE dit :

    Et qui sont ceux qui arrivent à monter à l’échelle, aussi haut qu’ils le désirent ?

    Ceux qui trouvent suffisamment de confiance en eux-mêmes ?
    Peut-être,
    Mais est-ce suffisant ?

    Ou ceux qui n’hésitent pas à bousculer les autres, se faire valoir, interpeller, même, pour qu’on les aide à monter à cette fichue échelle-là, ceux qui connaissent l’importance des réseaux, multiplient les « amitiés » et en jouent… Et puis ceux qui s’improviseront leaders, sachant fédérer mais n’aidant pas forcément ceux qui en ont le plus besoin… ?
    Savoir s’imposer. Et parfois arriver à se faire apprécier. C’est presque de l’art.

    Au fond, ce seront ceux qui douteront le moins d’eux-mêmes qui quitteront le bas de l’échelle, quelles que soient les apparences…
    non ?

    Ah, flûtalors, le monde est injuste ! 😉

    • Blog Blancan dit :

      L’échelle sociale, je l’envisageais en fonction de l’origine géographique… Après, pour être en haut, c’est plus facile quand t’es le fils de quelqu’un qui est déjà en haut (Bourdieu)

  2. LYDIE dit :

    Hep, y’a une grue toute seule qui vient de passer !
    (je me demande comment elles font pour ne pas se cogner aux clochers en voyageant la nuit, t’as une idée ?)
    Elle m’a dit (en continuant de battre des ailes pour ne pas s’écraser, ce qui m’a paru ingénieux) : « J’ai pris quelques poses pour Bernard, pour la photo de son blog, seulement voilà, il m’a tellement retardée que j’ai perdu de vue les autres… elles sont oùùùùù ? »
    Bon, t’étonne pas, je lui ai conseillé de faire demi-tour et de dormir sur le rebord de ta fenêtre, en attendant le prochain vol.

  3. hetre dit :

    Demain encore, je vais monter en haut de l’échelle pour étêter mes noisetiers qui fleurent avec les fils électriques. Ce sera politiquement un alignement vers le bas.
    Bientôt, je ne pourrai plus monter à l’échelle et l’étêtage se fera à mon niveau. Je redoute ce moment car je n’aurai plus de noisette et mes arbres non plusi.

  4. Lydie dit :

    Évidemment, Hêtre, si tu t’entêtes à étêter… ! 😉

  5. Hélène dit :

    Moi, je pense à ces oiseaux qui migrent chaque année vers le Sud, par des voies aériennes hyper dangereuses….La Turquie, la Syrie, l’Irak…..Ils survolent la guerre des hommes, mais parfois, se font flinguer au passage ( et pas que par des guerriers! )..Et chaque année, ils recommencent, Nord-Sud, Sud -Nord….Et sous leurs ailes, les hommes s’étripent… 😦

  6. Lydie dit :

    C’est beau, et juste, ce que tu écris là, Hélène…

  7. Lydie dit :

    Non mais attends Bernard c’est TOUJOURS beau ce que t’écris, hein ! … même si je comprends pas parfois… 😀 😀
    Ah flûte, t’es parti où ??

  8. pascale265 dit :

    C’est simpliste.
    L’homme est un con.
    La morue.

  9. Hélène dit :

  10. Hélène dit :

    Mouais…T’es pas le seul…

  11. serge barande dit :

    Olà,

    Yo ha visto 15 000 gruyas que han pasado por el collado de Lizarrieta. Y durante la notche, quisas màs.
    Y yo ha visto tambien una gruya, que pasa sola… Que no le gusta los moviementos de grupos. Seguro que si porque me ha dicho que prefiere quedarse sola, sin el bruido de los otras.

    En gros j’ai vu et entendu plein de grues, dont une toute seule, bien haute, incapable d’être emmerdée par quelconque édifice religieux.

Les commentaires sont fermés.