Le pendule ne s’était pas trumpé

libpend

Il y a quelques jours, l’article qui est ICI racontait que mon pendule prédisait la victoire de Trump, celle de Sarko aux primaires et celle de Mélenchon aux présidentielles (je sais…). J’avais cru bon de glisser qu’un pendule disait forcément des conneries. Et pourtant…

En 2005, je faisais des articles contre la presse qui prédisait une victoire du OUI au référendum sur le traité européen. Il me semblait certain que le non l’emporterait. Je ne comprenais pas l’aveuglement des journalistes et des politiques. Je ne dis pas ça pour dire « voyez que j’ai raison ! ». Mais ma condition d’acteur, peut-être, fait que je suis une éponge. Cet état peu confortable a peut-être l’avantage de me rendre plus intuitif, lucide que d’autres, la politique de l’autruche étant celle qui est de mise dans les hautes sphères des médias et de la politique. Je me souviens de longs articles peu « likés » dans lesquels je racontais les éléments favorables à la radicalisation d’une certaine jeunesse issue de l’immigration bien avant les attentats. Quelques mois avant Charlie, je racontais ce jeune qui remontait la rue de Ménilmontant en courant et criant « Paris, on va tout faire péter ! ». Peu de likes encore. Il y a quelques jours je parlais du positionnement stratégique de l’extrême droite et des fournisseurs de réseaux djihadistes sur la toile. Les complotistes roulent pour les fachos et les Trump (je le disais) et on ne fait rien de sérieux pour les contrer. On les laisse pourrir tous les fils d’actualité de leurs commentaires pourris. On préfère ne pas voir. Ne pas lire.

Cette évolution d’Internet fabrique de l’émotion au lieu de la pensée. On vous ment ! disent-ils en vous mentant de plus belle.

Pourtant, cette propagande s’appuie bel et bien sur un sentiment commun profond et silencieux : les politiques ne gouvernent plus. C’est l’argent qui gouverne le monde. Et on élit Hollande parce qu’il ose dire « notre ennemi, c’est la finance ! ». Une fois élu, il s’applique à faire les cadeaux qu’il faut au marché : rabotage des droits sociaux, cadeaux fiscaux aux entreprises, discours sécuritaire pour essayer de plaire au peuple. Le politique a lui-même déserté ouvertement son champ d’action. Réformer, aujourd’hui, ça veut dire s’attaquer aux droits sociaux. Ce n’est pourtant pas ça, réformer. C’est changer pour améliorer. Écoutez le programme des candidats à la primaire de la droite. C’est juste le même en pire. Comment voulez-vous que les électeurs s’y retrouvent ? Je veux parler des vrais électeurs, pas des cercles petits-bourgeois diplômés.

Alors forcément, quand le pendule me donne ce résultat incongru, intimement, je ne suis pas profondément étonné. Vous pensez sérieusement que Juppé va remporter la primaire comme c’est annoncé ? C’est possible, mais pas certain du tout. L’autre loustic est capable de tout et plus il dit de conneries, plus les gens adorent. Parce que le discours consensuel n’est plus de mise. Les électeurs en ont marre de se faire enfler avec le sourire. En tout cas, pour le résultat de la primaire, je donne au moins autant de chance au pendule qu’à ceux qui nous annoncent Juppé gagnant haut la main.

Pour ce qui est de la présidentielle, bien qu’il soit totalement improbable aujourd’hui de voir Mélenchon au second tour, la victoire de Marine Lepen n’est pas impossible, loin de là. Et Mélenchon, l’air de rien, il figure parmi les personnalités les plus populaires. Parce que le FN (en déguisant son discours, en mêlant racisme et faux discours de gauche) et les Insoumis de Mélenchon sont les seuls à parler politique. Personnellement, j’ai du mal avec Mélenchon dont je n’oublie pas qu’il a été ministre socialiste et qu’il a un ego surdimensionné, mais je suis d’accord avec presque toutes ses analyses. Il ne faut pas oublier que si les électeurs rejettent les politiques, ils ne rejettent pas la politique. Ils y baignent chaque jour dans leurs conversations. (est-il besoin de préciser que j’exècre Trump et Lepen ? J’aurais préféré que mon pendule se trompe)

Objectivement, ces débats de la primaire de la droite, c’est d’un ennui, tellement éloigné de la politique. En plus, c’est presque tous des repris de justice. Côté PS, c’est pas avec Valls, Macron ou Hollande qu’on va rêver. Et qui va nous faire croire que Montebourg avec son parler précieux et ses ronds de manche d’avocat est plus de gauche que ses copains ?

La victoire de Trump pourrait avoir de bon qu’elle réveille les politiques et les amène à enfin voir ce qui se passe et s’interrogent sur leur non action et leur éloignement constant des électeurs.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

26 commentaires pour Le pendule ne s’était pas trumpé

  1. hetre dit :

    Si ton pendule ne s’est pas « Trumpé », les américains nous ont bien trompés. Eux qui se voulaient les défenseurs des libertés nous laissent, à nous l’Europe, le soin de mener cette bataille des Libertés. On est quand même mal partis avec le Brexit en guise d’union face à Erdogan, Poutine et…Trump. Il ne manquerait plus que Sarko et adieu le monde.

  2. Sarro Philippe dit :

    Sweet neo con

  3. Robert Spire dit :

    Voilà un article bien trempé (et non trumpé) comme je les aime. De toute façon (Avec Hillary ou Donald) le colonialisme économique US continuera à pomper nos capitaux (En France, en Europe et ailleurs) sous forme de profits ou de salaires ne laissant que des miettes aux populations locales. Quant-aux USA, mieux qu’Hillary, Trump garantira la dictature des capitalistes sous couvert du vote des « laissés pour comptes », et la répression du prolétariat sera d’autant plus écrasante qu’on pourra l’appeler « démocratique »…

  4. Balbuzie dit :

    Voilà un bel épouvantail que les politiques et les médias couchés vont agiter sous notre nez à tout bout de champ pour nous convaincre de voter sagement le moment venu. Ils vont nous refaire 2002…

    • Blog Blancan dit :

      Pour moi, on ne me refera pas 2002 (j’avais voté Jospin au premier tour, moi…)

      • Balbuzie dit :

        Eh bien moi je n’avais pas voté Jospin, car ça fait belle lurette que le PS ne m’inspire pas (et je n’avais pas tort vu la politique qu’il conduit depuis 2012). Et je ne regrette pas d’avoir voté à l’époque pour quelqu’un qui correspondait mieux à mes idées (Besancenot il me semble). Par contre, je m’en veux encore de ne pas m’être abstenue au second tour.
        Quand je dis qu’ils vont nous refaire 2002, c’est pas tout-à-fait ça : ils vont nous faire croire qu’il faut voter « utile » dès le premier tour. Et ça c’est pas du tout mon idée de la démocratie, et je pense que je n’irai pas voter. Cette grande idée, voter est un droit durement acquis et qu’il faut conserver et bla et bla, est un leurre. Et rien ne changera tant que nous suivrons ce leurre. Depuis que j’ai 18 ans, je vote (enfin depuis quelques années j’ai décidé de ne voter que pour un candidat qui me donne l’espoir d’un vrai changement, du coup c’est pas souvent…), et je n’ai jamais vu advenir un système où l’intérêt général est au centre des préoccupations des élus.

      • Blog Blancan dit :

        Pas question de voter utile ! J’ai pensé au repli, à ma mise à l’écart du jeu de marionnettes. Mais aujourd’hui, c’est pas pareil. Il y a un combat à mener, direct, sans arrangements… (et content de te lire 😉 )

  5. J2L dit :

    je partage ton analyse sur le fait que seuls Le Pen et JLM nous parlent de politique mais aujourdhui j’en suis à me demander pour la première fois de ma vie si je vais aller voter !
    putain ça craint j’ai même du mal à me voir écrire ça !!!

  6. serge barande dit :

    Merde, ça me fait penser que j’ai oublié de stocker au ponton du piment doux de Murcia, du curry, mes giroles lyophilisées, et plusieurs autres petits bazars pour ma démocratie culinaire.
    Bien sûr, tout ceci n’est qu’une image…
    Mais bon… Tout ceci est bien loin de s’engager en les espoirs que nous avions, en nos 15-17 ans, sur la Société que nous espérions alors.
    Et ça me fait quelque peu flipper pour ma petite-fille. Son avenir et son bien-vivre.
    Aujourd’hui, c’est en ceci que mes pensées premières sont versées.
    Et je ne vous « bassinerai » même pas avec mes préoccupations fondamentales, en termes d’écologie et d’évolution (changement climatique, etc.) qui, à mon sens, devraient être tutélaires envers toute autre matière – au regard de ce que certains éprouvent.
    Et le lapin rouquin n’abonde absolument pas en ce sens !
    La COP 22 a grave du plomb dans l’aile. Y compris médiatiquement ! Qui en cause actuellement !? Elle est phagocytée par les élections USA.
    Ces fondements premiers-là (La Planète) sont comme neige au soleil : ils brillent de blanc un instant, et disparaissent rapidement sous les brûlots de l’actualité autre.

    Mais ne nous dispersons pas… j’ai ma liste d’épices à ramener au ponton. Acte de résistance culinaire.
    Il y eut des matins meilleurs. Et même si la rosée me mouillait les chaussures, jusqu’à l’intérieur, dans l’après-midi, je m’y retrouvais.
    Là, matin ou soir, je ne me retrouve nulle part. Aucunement.

  7. Lydie dit :

    Ah non, pas d’accord… l’éponge c’est moi ! On me l’a bien assez dit ! 😀

  8. LYDIE dit :

    A part la poésie du mot, c’est quoi, la différence ? 😉

  9. Lydie dit :

    Bon, moi j’ai pas réunion, je vais faire un tour au sponton…

    • serge barande dit :

      Ben t’as dû passer tard. Moi j’y ai pas traîné longtemps, la marée basse était un peu avant 23h00 (pas de pêche du coup), le temps de la cuisine et zou ! Le Balou avait froid en plus! Temps de chien (pourtant).

  10. Pascale dit :

    Mais qu’est ce que vous lui reprocher putain. Un mec qui s’appelle Donald avec ces cheveux, cette… coiffure ?, cette couleur ne peut pas être mauvais !

    Tu savais que Donald et Carla… crac boum huuuu

    • Blog Blancan dit :

      Tu as raison, c’est sans doute un bon gars… Mais, ‘faut voir. S’il est capable de faire tout le contraire de ce qu’il a dit, il est possiblement génial.

Les commentaires sont fermés.