Clap clap clap (dizaine 6/10)

scene-theatre-couleurs

C’était assez émouvant, hier soir, d’en voir un, tel un lapin mécanique, déverser son assurance avec constance et l’autre parler pour essayer de plaire en étant conscient de ne pas y parvenir. Digne d’une bonne pièce de théâtre. Presque tragique. C’était beau.

Et de 6 !

18 réflexions sur « Clap clap clap (dizaine 6/10) »

  1. J’ai finalement regardé, un peu…
    Pas trop, mais juste assez pour percevoir les jeux de masques et autres postures face aux médias. L’assurance tranquille du pote à Poutine et l’assurance modérée (celle de « l’en bas » des précédents résultats), teintée d’écume blanche, qui perlait au bec du plus chauve des deux.
    Et entre deux courbettes de courtoise convivialité confraternelle – je redonde exprès, tant ils le faisaient eux-mêmes – quelques piques étaient lancées.
    Quoique soient leurs divergences intrinsèques, je puis dire que je les conchie en leur globalité !

    Au passage et hors sujet, mais quand même un peu dedans… je viens d’apprendre qu’après la Région Hauts-de-France et la Rhône-Alpes/Auvergne, c’est au tour de l’Île-de-France de sucrer les subventions au GRAINE.
    Pour faire simple, le GRAINE est une fédé d’associations qui coordonne l’éducation à l’environnement en chaque région. Auprès des scolaires, mais pas que. Et il ne s’agit pas là de quelconque prosélytisme mais bel et bien d’Éducation à l’Environnement. Au sens propre du terme.
    Or, comme cette action a été initiée en chaque région par la Région elle-même, la dépendance du GRAINE reste bien liée aux fonds émanant de la Région… On assiste donc là à une régression des mises en oeuvre en faveur de l’éducation.
    Ce peut vous paraître un détail… Mais outre le fait que des dizaines d’emplois d’éducateurs vont sauter, c’est toute une partie on ne peut plus essentielle, de nos jours en termes d’éducation à l’environnement pour les plus jeunes, qui s’évapore avec cette politique de régression.
    Un exemple comme un autre…
    « Les pets de la dame au cleps » nous menacent à tous. Et là, pour le coup, j’aimerais bien que le rideau se referme dès l’avant du début de la pièce…

    J'aime

      1. Il est parti (avant) hier soir… par la petite porte.
        Ô combien son départ nous fut douloureux !
        La mémoire de ses propos demeurera cependant bien ancrée en nos anales littéraires.

        J'aime

  2. J’ai dû te relire 3 fois avant de trouver de quelle pièce tu parlais, et j’t’assure, le titre, c’est pas clapclapclap !

    J'aime

  3. Cette pièce de théâtre n’était pas pour nous. Elle s’adressait à tous les Français sauf aux salariés du privé ou de la fonction publique. Elle s’adressait à tous les Français sauf à ceux qui sont chômeurs ou malades. Elle s’adressait à tous les Français sauf à ceux qui ne sont pas riches ou élus. Bref elle parlait à tous les Français qui se reconnaissent dans ces 2 programmes similaires.
    Et si on faisait une partie de belote ?

    J'aime

    1. Oui-oui ! Une bonne partie de belote.
      Chacun se devant de couper à cœur, et remettant systématiquement à pique, pour qu’ils finissent sur le carreau, le cul dans les trèfles (et les ajoncs, s’il y a) !

      J'aime

      1. Fais gaffe à toi ! avec le marteau tu t’éclates le majeur, avec la faucille tu pourrais ne plus faire le doigt d’honneur.

        J'aime

  4. Avant de m’endormir, je vais peut-être relire « le Combat des Chefs ». En prélude à…
    Car nous sommes (quasiment) 50 ans avant Jésus-Qrixtch (rhôôh, j’y arrive pas bien à le dire).
    Bonnemine a déjà de grosses responsabilités. Sourcillante, elle est. Elle veille sur le bouclier fiscal de son avorton, afin qu’il s’engage vers des mesures à bras raccourcis, rapides à mettre en œuvre. Aïe ‘notre Village’ !!!
    Et quiconque s’opposera à cela, par quelque oraison musicale funeste, y compris en rue et place publique, finira ficelé en haut d’un grand chêne.
    Y aura sûrement un grand banquet champêtre à la fin. Mais pas sûr que le sanglier ait très bon goût…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.