La classe !

holl

La grande classe, le président !

Et les bourrins de droite qui sont infoutus de reconnaître le courage et l’humilité de ce geste. Il ne pensent qu’à leur poire et n’ont aucune valeur morale. L’échec de Hollande, c’est d’avoir fait des cadeaux aux entreprises en pensant que ça allait créer des emplois. Ils ont bien pris le pognon. Ils ont juste oublié d’embaucher, les patrons. La morale des riches. Caricature ? J’aimerais.

Après, il a fait cette mesure pour la déchéance de nationalité après les attentats pour aller dans le sens des souhaits de la droite. Et là, la droite, au lieu de le suivre, elle a continué à cracher. Dans cette situation… quelle abjection. Le président a d’ailleurs formulé son regret (un peu tard).

Son tort encore aura été de poursuivre sur sa droite avec la loi travail. La droite se félicitait de ces inflexions. Personne n’aurait imaginé qu’un gouvernement de gauche se lancerait dans de telles réformes. Et qu’a fait la droite ? Continué à cracher son venin.

Qu’ils se souviennent plutôt de l’Ego de leur ancien chef, ancien président de la république qui a eu le culot aveugle de se présenter à la primaire de la droite. Un homme d’État, Sarkozy ? Je ris.

Je n’ai pas aimé la politique de Hollande, parce que je suis de gauche. Mais j’ai été ému par la hauteur de son intervention et de sa décision. Évidemment, quand on pense à hauteur de bouses, on continue de cracher.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

16 commentaires pour La classe !

  1. serge barande dit :

    Entre le lascar d’avant, Talonnettes speedées (et niqué aux Primaires de la Droite), et le Président d’aujourd’hui, y a juste une espèce de comportement différemment humain. Digne chez le second – parfois emprunt de maladresse, certes – mais jamais parfait d’arrogance, au contraire du « petit-monsieur-je-sais-tout ».
    Le gugusse, qui pointe son minois (« El Sourcillo », pour les Cubains), à l’horizon 2017, on sait pas trop encore de quel bois il est fait. Puis il nous le fait insidieusement pour l’instant, façon c’est Marine ou Moi…
    En tant que savant analyste politique « que je suis », je dirais : PUTAIN ÇA CRAINT !!!
    PS : Faut que je vérifie les piles du ponton, tu vois pas que ce glandu me les fragilise… C’est quand même un incitateur en des « traditions » quelque peu empruntes de vieilles moisissures non nobles… ! Et que ça risque de me niquer les piles du ponton ! Conservateurs, qu’on dit… ? Y fait des bocaux de quoi l’asticot ?
    Un jeanfoutre de plus sur terre, té ! Baahhh… !

  2. Soler dit :

    Mon cher Bernard, Il y a bien longtemps qu’il n’y a plus de talent en politique. A sa façon, Hollande (homme plein d’humour et d’esprit par ailleurs), fut une tête de gondole, par dépit, par absence. Un second qui aurait dû le rester. Quand à Sarkozy, la droite des hauts de Seine, la droite mafieuse, il n’était pas non-plus à la hauteur (je ne parle pas des bas fonds). Mitterand, Chirac sont les derniers hommes d’états, déjà dépassés par un modèle politique obsolète. Désignons un nouveau modèle, votons pour des lois et plus pour des hommes. Il y a la télé-réalité pour endormir le « peuple » et la politique d’aujourd’hui, pour lui faire croire qu’il s’exprime. Hollande n’y est pour rien.

  3. Pascale dit :

    Je suis contente de lire ça.

  4. Le renoncement de Hollande et la cinglante défaite de Sarkozy sanctionnent dix années calamiteuses, dont la responsabilité incombe à des politiciens sans étoffe, sans vision. Leurs successeurs et complices, Fillon et Valls, n’ont pas plus de charisme. Les deux sont visiblement des coincés, avec cette volonté affirmée, de la part de Fillon, de poursuivre le massacre, notamment social.
    Hollande, qui était loin de faire l’unanimité à gauche, a eu une chance historique de rebondir sur la détestation des Français à l’égard de Sarkozy et de Fillon, lesquels avaient laissé le pays en lambeaux et un peuple divisé. Les Français lui ont su gré d’avoir jeté dehors l’intrus et son premier sinistre Fillon, le casseur des lois sociales. Seulement voilà, Hollande n’a pas su passer à sa propre étape et s’assumer clairement à gauche. Pire, il a revendiqué d’être un libéral, au mépris de l’idéologie qui l’avait porté au pouvoir.
    Deux sarkozystes, Fillon et Valls, se voient désormais pousser des ailles pour voler vers l’Elysée. Si le premier, politicien de la droite radicale intégriste, qui a trahi le gaullisme social, a déjà son billet aller, l’autre, le Monsieur 5% du parti socialiste, devra encore faire la queue au guichet de la primaire de la gauche, pour obtenir le sien face à Montebourg et les autres…
    La Marine (25 à 30% dans les sondages) peut se frotter les mains. L’un comme l’autre sont des ultralibéraux va-t-en guerre, européistes et atlantistes, qui ne remettront pas en question le système fric.
    De son côté, Jean-Luc Mélenchon (15% dans les sondages) doit se réjouir de l’abandon de Hollande. Saura-t-il pour autant agglomérer autour de lui, afin de créer une dynamique gagnante ? Une chose est sûre, la situation est à présent plus claire, sur le champ de courses de la présidentielle. Il y a les dangereux pour la France et les Français les plus fragiles : Valls (9 %) et surtout Fillon, le psychorigide …Et les autres.

  5. Lydie dit :

    M’en veux pas si je ne suis pas d’accord avec toi,

    Où vois-tu de la classe, du courage, de l’humilité… là où il n’y a que de la stratégie ?!!

    Ce n’est que la réaction de celui qui, sentant qu’on risque le pousser dehors, se dépêche, pour s’éviter cette humiliation d’être rejeté, de fanfaronner, de faire celui qui « prend cette décision » : « Eh oh ! Écoutez tous ! Je m’en vais ! Je m’en vais ! C’est moi qui choisis de partir ! »

    Alors je vois comme un clown blanc au nez rouge (oui, c’est une nouvelle race de clowns), pitoyable.
    Avec autour les gens, très sérieux, qui oublient… qu’ils sont au cirque !

    PS : désolée, Françou, si je ne suis pas très sympa !

  6. Lydie dit :

    Me traite pas de « bourrine de droite » pliz 😉 ,
    Parce qu’au cirque, y’a qu’une piste ronde et qu’on soit placé n’importe où, la droite et la gauche se valent ; ou se « dévalent » !

    Les plus courageux, puisque tu parles de courage, ne sont pas forcément dans la lumière…

  7. Balbuzie dit :

    Moi non plus pas d’accord. Je ne vois pas de classe, de hauteur, de dignité. Mais juste un mec qui dit ce qu’il croit qu’il faut dire en pareille circonstance. Et là aujourd’hui, j’entends que Valls ne se précipite pas pour se déclarer prétendant au trône, au prétexte qu’il respecterait un certain délai après la déclaration de Hollande… Comme un deuil, j’imagine ? Ce sont des bouffons qui nous prennent pour des demeurés. Qui pensent que le petit peuple (dont font partie les « sans-dents » pour user d’un terme infiniment élégant employé il y a quelque temps par Hollande le Grandiose) se satisfait toujours de l’apparence. Et que la communication vaut plus que l’action.

    • Blog Blancan dit :

      Pour te répondre (et à d’autres récalcitrants), j’ai fait un article. On est bien d’accord pour la communication. C’est le problème général de notre époque…

  8. Balbuzie dit :

    A la réflexion, il n’est pas exact de dire que je ne vois pas de classe. Mais plutôt dans le sens de la lutte des. Dont il paraît qu’elle n’existe plus.

Les commentaires sont fermés.