Le gaufré des César

img_4456

Voici ce que je voyais tout-à-l’heure en traversant le pont de l’Alma pour aller retirer Le Cadeau de Noël : le coffret des César. Belle occasion de prometteuses séances de rattrapage. Tiens, il y a le beau Vendeur de Sylvain Desclous. Ce n’est pas avec mes huit répliques que je vais prétendre à une nomination personnelle quelconque.

Un film manque cruellement : Toril… Toril de Laurent Teyssier. Toril, avec Vincent Rottiers. Tant pis pour vous. Tant pis pour nous. Tant pis pour moi (professionnellement, ça aurait pu me rendre service). Mais vous pourrez le voir à Belgrade en février où il est en compétion.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

20 commentaires pour Le gaufré des César

  1. Toril aux abonnés absents … Plus qu’une amère injustice, une véritable hérésie … La lutte d’une France, genou à terre, qui résiste pour ne pas ployer sous le poids des Puissants n’est pas un sujet porteur manifestement … Pourtant, tout est beau dans ce film qui donne un aperçu de la conjoncture sociale touchant le monde rural. Un portrait d’hommes acculés de toutes parts tel le taureau dans l’arène lors de la sublime séquence d’ouverture. Pris à la gorge mais passionnés. Passionnés au point de tout risquer pour ne rien perdre. Pas même la plus petite parcelle de terre. Leur terre, qu’ils cultivent et chérissent depuis des années…. Une fresque émouvante tournée dans la Camargue voisine et qui mérite d’être véritablement mise sous les feux de la rampe … Courage Bernard, la roue tourne …. 😉

  2. Pascale dit :

    Oui c’est pas juste !

    Et pourquoi ils ont coupé la tête à la Tour Eiffel ?

  3. Robert Spire dit :

    Et le César du court métrage est: « Restructuration »:

    (Non, je rigole)

  4. Lydie dit :

    Paris, la tête dans le brouillard…

  5. serge barande dit :

    Belgrade… Ça délocalise ! C’est que c’est un peu loin par rapport aux rives de Garonne. Et vu le coût actuel du mélange 4%, pour ma mob, je vais exploser mon budget 2017 si je file là-bas, nez et oreilles au vent.
    Mais en tout cas c’est bien nase que Toril ne soit pas retenu. Ça c’est certain ! Déception.

    La prochaine fois, au lieu de nous mettre une fausse barque bleuâtre, dans la nuit, sur un faux fleuve éclairé par une fausse grosse bougie dont on n’aperçoit même pas la flamme du haut, tu me demanderas… Je te passerai une vraie photo d’un vrai rafiot sur un vrai fleuve ! Bon… je reconnais que c’est joli quand même, les lumières de la nuit parisienne.
    T’as plus qu’à tout regarder-revisiter, au cinoche du coffret, pour ensuite voter.
    Tu es un privilégié, tu vas peut-être voter « déjà » en 2016… à moins que largesse de calendrier te soit permise pour ne devoir voter qu’en début d’année 2017 – mais tu voteras quand même deux fois.

    Ps : si t’as réponse à cet aspect technique, car moi pas, c’est quoi cette police de caractères de nains ???!… Pfffff….

  6. serge barande dit :

    Ah… ben la maigre police de caractères lorsque j’écris, n’est pas celle qu’on peut lire ici… (?)
    C’est bizarre tout ça… Sûr… encore un coup des Russes !

Les commentaires sont fermés.