Bougies de Noël

candle-2

Plus de lumière, plus de plaque de cuisson, plus de chauffage, plus moyen de recharger ses appareils divers, plus d’Internet. Vingt-quatre heures hors du temps grâce à une panne de courant. On va dire que c’est sympa, qu’on s’y fait, que c’est doux. Mais en vérité, quand t’as pas choisi de payer 300€ pour un stage de survie, c’est juste chiant.

Angoisse du matin : trouver un électricien. Au premier coup de fil, c’était d’accord. Moins d’une heure après l’appel, l’électricien était là. En deux coups de cuillère à pot, il a trouvé l’origine de la panne, a réparé et m’a expliqué la répartition du tableau électrique. On appelle ensemble ERDF pour changer le disjoncteur qui n’avait pas supporté le petit court-circuit. Je demande à l’électricien combien je lui dois. Vingt euros. Pardon ? Ben, j’ai rien fait, là. C’est vrai, il a juste fait trente kilomètres et réparé la panne. D’autorité, on lui a donné davantage. À peine était-il parti, l’employé d’ERDF arrivait en s’excusant d’arriver à l’heure du repas. Il change le disjoncteur en un quart d’heure et repart dans sa petite voiture bleue.

Cette histoire se passe en France et n’a rien à voir avec un conte de Noël.

L’électricité rétablie, j’apprenais ce soir le camion sur le marché de Noël de Berlin. Finalement, une soirée supplémentaire sans infos, aux bougies, ça n’aurait pas fait de mal.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

32 commentaires pour Bougies de Noël

  1. GRENO MICHELE dit :

    Vivre hors du temps quelque fois a du bon quoiqu’on dise, je te souhaite de passer de bonnes fêtes de fin d’année en espérant que cette tragédie de Berlin ne se reproduise pas ailleurs. Amitiés. Michèle (Mourenx)

  2. hetre dit :

    Bien sur qu’il est dur de rester branché après avoir disjoncté. Ne plus voir les attentats ou les programmes bidon des candidats à la présidence , tu as l’impression qu’il te manque quelque chose à la fin de la journée. Et pourtant …

  3. Lydie dit :

    Hem… tu disais « Parle pas de malheur ! » quand j’évoquais cette probabilité…

    C’était juste de la logique, même pas de l’intuition !!

  4. Lydie dit :

    Bon, alors, je t’explique maintenant que tu es devenu un pro de l’électricité 😀 :

    – l’ampoule du bureau a claqué, plouf !
    – noir, sauf ampoule dans l’escalier
    – on change un fusible (pas moi, ça va pas non ?? … ma fille)
    – la lumière revient partout, sauf que… je n’ose point toucher à l’ampoule du bureau… si ça vient de là et que tout re-grille, hein ? 😮

    Quelqu’un a une idée ?

    • Blog Blancan dit :

      C’est vrai qu’il y a des ampoules spéciales qui provoquent des courts-circuits, c’est bien connu. Surtout, ne plus aller au bureau !

    • serge barande dit :

      Comme l’ordi quand y merdoie, Lydie.
      T’éteins tout. Tu disjonctes. Tu débranches. Tu « resjonctes » et rebranches.
      Et tu rallumes tout…
      Et là, si ça n’explose pas, les lampes diverses de ta maison, c’est d’une que ta fille a changé le bon fusible – s’il s’agit de ceci – de deux, que la maison n’est pas hantée-sortilégée, et de trois que tu peux retourner au bureau, en toute sérénité.
      En revanche, si par cas… un subit feu d’artifice électrique se produit (hors saison, puisque on n’est pas le 14 juillet), c’est que ta fille s’est gourée de fusible, que ta maison subirait « éventuellement « de mauvaises influences d’autrui » (pourrait être « gouroutisée »), voire plus simplement que ton disjoncteur ait pu chopper la maladie qu’a gaulée celui de Bernard.
      Après, j’y connais que dalle en électricité ménagère, moi…

  5. Pascale dit :

    un compte de Noël ???
    Tu penses qu’au fric toi !

    C’est mon angoisse ça (enfin une de mes…) : plus d’électricité.

  6. serge barande dit :

    Euh… pour les 20 euros de la facture, me dis pas que t’étais sur Paris ? T’étais dans ta campagne ? Sinon sur Paris ce serait un coût archaïque.
    Mais tu vois, tu es prévoyant, tu avais des bougies. En revanche, tu ne peux pas brancher grand chose dessus, sinon l’attention de voir cet « objet », maintenant bien désuet. Sauf dans les églises, cause que des cathos les utilisent encore pour éclairer la foi intérieure – de l’église.
    Second degré, j’ai rien contre. D’ailleurs, joignant l’utile à la foi, quand j’étais môme, 7-8 ans,, je suis allé à Lourdes, avé les grands-parents (je vous rassure, aucun miracle ne s’est produit). Ben j’avais donné 2 francs (de mes sous !) pour acheter un beau cierge « au cas où il y aurait une panne d’électricité » – que j’avais dit. Et je suis reparti avec. Y en n’a pas eu de panne et je ne me souviens plus où est passée « la grosse bougie ». Quel gâchis… 2 francs de mes sous, volatilisés…

    De ce que j’entendais ce jour-ce soir, concernant le drame de Berlin, les keufs n’ont pas a priori interpellé l’auteur du carnage. Et les Berlinois ont un comportement assez différent de celui des Niçois. Davantage d’errance, hagards. Peu d’actes tels que dépôts de fleurs, allumage de bougies, etc.

    Ce soir, j’ai de l’électricité à la maison. J’ai même fait un test. J’ai tout allumé, y compris les appareils électro-ménagers, toutes les lampes du bureau, même ma frontale ! Ben ça tient la tension.
    Je déconne… J’suis écolo, je vis quasi dans la pénombre.
    Ça ne m’est jamais arrivé que le disjoncteur soit foutu…

    • Blog Blancan dit :

      Au ponton, je veux des spots partout et la wi-fi et les volets roulants système domotique avec appli qui va avec. Enfin, si on tombe d’accord à la réunion de bureau.

      • Pascale dit :

        Tu peux dire à l’autre pontoniste qu’on dit A Paris et pas SUR… Rien que ça… je vais pas plus loin…
        C’était pour compléter ma liste des « putain comment ça me fait iéch ma gueule les gens qui causent pas correct la France putain ».

      • Blog Blancan dit :

        Nous, dans le sud de la France, on dit monter sur Paris. Une vieille survivance du temps de la révolution.

      • serge barande dit :

        Pfffooouuuu, avé juste ma chignole, mon tournevis et trois bouts de ficelle, ça va pas être coton-coton de mettre tout ça en branle. Ta domotique à spots partout, avé des volets roulants qui marchent au doigt et à l’œil…
        Et des contrevents tout ballots ? Ça n’irait pas… juste des contrevents ? Mais je mettrai le tourne-disques avec mes 45 T d’Otis Redding, pi ma frontale sur la position clignotte.
        Bon, ok… je vois que tu restes circonspect, je vais quand même devoir foncer sur Paris pour la réunion de bureau, qu’on cause budget. Ah oui, merde, « foncer à Paris ». Désolé ! Ah non ? Ça va pas non plus ? Je viendrai en train, du coup. Garé des bagnoles. Z’y va ouech, méga gros Noël.

  7. Hélène dit :

    Ce ne sera plus un ponton, mais une discothèque! Avec la boule qui tourne ! 😉

  8. Lydie dit :

    Ohlala Bernard, avec tes spots et ta ouifi, tu vas saboter la tranquillitude du ponton !
    Oui je sais, ça n’existe pas la tranquillitude ; mais le ponton ?

  9. Gilles HELUIN dit :

    Attention dans ce genre de circonstance que ton sauveur, dépanneur ou emplyé d’Enedis (ex ERDF) n’en profite pas pour remplacer ton competru par une saleté de Linky…

Les commentaires sont fermés.