Dernières nouvelles du cinéma

maxresdefault

Voter aux César, c’est avoir le coffret de tous les films sortis dans l’année (sauf Toril, Cosmodrama et quelques autres). À l’heure où un vidéoprojecteur de salon ne coûte pas plus cher qu’un téléviseur et que brancher le lecteur DVD à la chaîne ne coûte rien, les séances de rattrapage sont faciles et heureuses. Quand un film qui n’est pas un gros succès commercial reste une à deux semaines en salle et que tant de films français sortent chaque semaine, il est impossible de tout voir. C’est ainsi que j’étais passé à côté de Ma Vie de Courgette ou encore Vicoria de Justine Triet, Diamand Noir d’Arthur Harari et tant d’autres.

Dans ma séance de rattrapage d’hier soir, je me suis pris une vraie grosse claque avec Dernières Nouvelles du Cosmos, le documentaire de Julie Bertuccelli sur Babouillec, la jeune femme autiste arrimée à d’autres dimensions. Bouleversant.

Comme en bon ours j’aime bien les autistes et le cinéma, l’après-midi j’étais allé en salle voir La Vallée des Loups, ce documentaire de et sur cet homme qui passe des mois dans ses montagnes pour essayer de filmer les loups. Là, l’émotion a été moins forte. Mais presque deux heures en montagne avec les animaux, ça ne peut pas faire de mal. En sortant je me suis retrouvé dans la foule qui descendait en troupeau vers le métro. Pendant une seconde, je me suis demandé ce que faisaient ces animaux tristes et dociles, marchant raides sur leurs pattes arrière, couverts de tissus et munis souvent d’un accessoire lumineux rectangulaire.

Le cinéma a cette vertu de pouvoir modifier, au moins un instant, votre regard sur le monde.

Mais Dernières Nouvelles du Cosmos… quelle claque ! Elle n’a jamais appris à lire ou écrire et se met à écrire à l’aide de lettres rangées dans un casier. Ce serait salir sa poésie que d’en parler davantage car, comme elle me le dirait entre deux grimaces débiles, avec ses dents tordues et son regard qui louche mais vous transperce, je ne suis qu’un être de lumière faible, éteint par l’ignorance.

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

34 commentaires pour Dernières nouvelles du cinéma

  1. LASNON Laurent dit :

    Salut Bernard,
    Vu le week-end dernier en présence de Julie B, la réalisatrice de ce magnifique documentaire.
    Suivi d’un débat particulièrement passionnant autour de l’autisme et du cinéma.
    Cette fille est vraiment formidable et quel bonheur de pourvoir encore compter sur des auteurs comme elles dans ce monde de brutes.
    Enormes bises et à très vite, mon ami.
    Laurent L.

  2. LASNON Laurent dit :

    J’aurai du dire : « Ces filles sont vraiment formidables…. »

  3. Pascale dit :

    Vicoria… ??? je ne l’ai pas vu non plus.

    Dernières nouvelles du Cosmos, ça ne me disait RIEN du tout. Elle me met mal à l’aise la Babouillec même si je salue les prouesses, voire le génie. Mais bon j’ai pas de cœur et puis moi et la poésie…
    J’entends beaucoup de mal du film sur les loups. Il paraît qu’un écureuil passe et qu’il dit : oh un écureuil passe !!! Qu’il ouvre une boîte de sardines et : oh ben j »m’ouvrirais bien une boîte de sardines !!! Et au bout de deux heures… deux louveteaux cabriolent !

  4. michele dit :

    oui moi je l’ai vu et j’ai été fendue en 2 par ces Dernières nouvelles du cosmos, tu restes comme un cerneau de noix sur le trottoir à essayer de récupérer tes certitudes perdues ; quel voyage!
    à part ça dans la liste des films horriblement maltraités par le distribution il y a Des Apaches de mon ami Nassim Amaouche rangé des voitures après 2 petits tours alors que bonnes critiques et que 6 ans pour faire le film . Je ne sais pas comment on peut vivre après une telle entreprise de dédain.

  5. Lydie dit :

    Tu sais que c’est parfois surprenant, certaines similitudes entre autistes et surdoués !?

    Des difficultés à ou des manières différentes de communiquer parfois, des souffrances aussi…

    Cependant c’est le premier sujet sur lequel ces temps-ci plein de gens se penchent, sujet qui est bien mieux traité, compris… accepté voire apprécié ! Curieux monde…

  6. serge barande dit :

    Arrggghhh ! J’ai mon machin de projo super 8 qui merdoie ! Puis les bobines, ce sont plus les mêmes. « Plus compatibles » (gna-gna-gna) qui te disent ! Saloperie de modernisme !
    Je retiens cependant en mon esprit le magnifique « Elle s’appelle Sabine » (de sa frangine, Sandrine), plus du tout ou très rarement rediffusé. Y a du « gros Cosmos » aussi !
    C’est bien beau tout ça. Mais en attendant, faut que j’essaie de réparer mon vieux projo !
    Oh putain, j’avais pas fait gaffe ! Et en plus les bobines se sont emmêlées… je te dis pas le bordel ambiant ! J’en ai trois mètres cubes en papillotes mélangées sous mes trous de nez ! Ça atteint le plafond… !
    On dirait même que ça grossit progressivement ! Que ça prend du volume. D’ici que ça remplisse la pièce et que ça m’étouffe… Bien plus beaucoup plus pire que quand tu te fais des nœuds à la pêche à la ligne !
    J’y vais ! Ça craint de partout ! Je sais plus arrêter le machin… Putain, y en a partout !!! Oh la saloperie !!!
    Je téléphone d’urgence à Jean Mineur, on verra…
    Sale soirée en perspective ! Si j’ai le bol que le phénomène s’arrête, j’en ai pour trois semaines de tri, dénouage, coupage, montage et après, recollage…
    Putain que cet Art me fatigue !

  7. Lydie dit :

    Merci d’avoir parlé de « Ma vie de courgette » (!)

    L’extrait que j’ai regardé donne bien envie, même si je trouve les têtes des personnages peu belles.

  8. Romaric dit :

    Si « Louise en hiver » est dans le coffret, n’hésitez pas…

  9. serge barande dit :

    Ben justement…. Rôôôhhh. J’suis tout empêtré, là. Déjà que le super 8, c’était pas simple. Alors je vous dis même pas le bazar avec le 35mm… Si quelqu’un avait une paire de ciseaux, ça m’arrangerait. Je pourrais me libérer de ce fatras, ne serait-ce que pour aller m’acheter une baguette… Merci d’avance ! Car à côté de ça, une pieuvre géante, c’est de la babiole !

Les commentaires sont fermés.