Je suis un nain soumis

IMG_0096.JPG
Quand Trump a gagné les élections, le réflexe citoyen m’a fait dire qu’il était urgent de s’engager sur le terrain politique et social. Mais le temps passant, j’ai réalisé que je n’avais rien d’un militant. Il me manque la foi, la capacité de croyance.

Prototype pourtant du parfait croyant dans d’autres domaines de la spiritualité ou, plus concrètement dans le champ des sourciers et des guérisseurs, je passe mon temps à vérifier les hypothèses explicatives en les confrontant à des expériences dignes du professeur Tournesol. Je remets sans cesse en question les dogmes et les vérités toutes faites. Comment pourrait-il en être autrement dans l’espace quasi religieux du politique ?
J’ai la conviction que nous avons accès aux perceptions extrasensorielles, qu’une forme de synchronicité existe, que l’esprit peut agir sur la matière et, pour chacun de ces points, j’ai mené des expériences concrètes très probantes destinées à renforcer ma conviction. Mais je sais aussi que si, individuellement chacun est plus ou moins ouvert à ces hypothèses et croyances, collectivement, c’est la vision rationnelle et matérialiste qui préside au fonctionnement du monde. Mes convictions sont collectivement classées au rang des superstitions et des croyances !

Il en est de même pour les conceptions sociales, politiques et humanistes de la vrai gauche. Je suis sûr que ça pourrait marcher et que ça constituerait un progrès pour la vie individuelle et collective. Mais j’ai la même conscience que, comme pour la croyance, le prosélytisme est vain et que la population dans son ensemble a profondément fait d’autres choix. Avec cette lucidité, comment s’engager physiquement dans un mouvement politique ?

Cet article a été publié dans blancan. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Je suis un nain soumis

  1. Xavier mathieu dit :

    Oui mais un nain puissant…… ouais ben je fais ce que je peux hoooooo!

  2. Robert Spire dit :

    « L’injustice du monde nous est insupportable, l’écart entre ce qui est et ce qui devrait être. Il n’y a pas à renier cette légitime indignation mais il ne faudrait pas se tromper de cause ».Jean Zin
    https://jeanzin.fr/2017/01/10/la-politique-et-le-vivant/
    Une réflexion sur la rationalité et son impuissance…

  3. serge barande dit :

    Assez d’accord. C’est pourquoi j’ai choisi un engagement en une autre voie, celle de l’écologie de terrain, la défense de la biodiversité. Les pieds dans les hautes herbes et non pas le cul posé dans les sièges dorés de quelque instance.
    Je me sens davantage utile ainsi.

  4. Lydie dit :

    … Nain porte quoi ! Tu es un nain portant, porteur de valeurs que tu défends à ta façon ! 🙂

Les commentaires sont fermés.