Sale temps

giboulees2

On ne peut pas faire comme si. Le sujet, c’est la bestiole. Personne ne sait vraiment quelle est l’ampleur réelle de la chose. Ici, on continue comme si de rien n’était ou presque. Juste les radios, les journaux qui vous font flipper à longueur de journée.

Il y a quelques jours, un de mes fils a passé pas mal de temps dans un endroit sympa. Deux jours après, il apprend que cet endroit sympa est désormais fermé pour cause de bestiole. Comme je l’ai vu entre temps (mon fils), je suis potentiellement concerné aussi. Comment on fait pour un dépistage ? Ben, on fait rien. Il faut être malade pour se faire dépister. Sauf quand on est ministre ou député. Là, on peut faire un dépistage sans symptôme. Ok, normal. Quoi que.

Une fois que tu es possiblement concerné par le machin mais que tu ne peux pas te faire dépister, tu sais que tu es peut-être porteur et que si tu l’es, tu vas refiler la bestiole à droite à gauche, par inadvertance. Aucun risque pour les enfants et le gens pas trop vieux et en bonne santé mais, même les gens qui deviennent porteurs sains, vont contaminer à leur tour et finir pas atteindre des vieux et des gens fragiles. Cas de conscience.

Heureusement, hier soir, mon fils a appris que l’endroit sympa qui a fermé pour cause de bestiole, ce n’est pas celui dans lequel il a passé pas mal de temps il y a quelques jours. Donc, du coup, je n’ai moi non plus rien à craindre de ce côté et peux continuer ma vie sociale.

Mais quelle drôle d’histoire où l’on a l’impression que l’on ne maîtrise rien et dont on ne sait pas évaluer vraiment l’issue. Mai ? Juin ?

Pendant ce temps, la police police, la politique politique et les giboulées giboulent.

25 réflexions sur « Sale temps »

  1. En même temps, que ça giboule en mars, c’est pas mal hein ? Parce que mes vieux chênes ne sont pas pressés de rejoindre l’atelier, ils me l’ont dit ! Et de l’eau, avec la sécheresse qui arrive, ils en ont bien besoin, surtout si ils doivent à nouveau affronter un nouvel épisode de neige lourde… Mais bon, toutes ces théories de météorologie issues des recherches de Mathieu De La Drôme, moi, c’que j’en dis, hein ?…

    Aimé par 1 personne

    1. On profite bien de la pluie depuis septembre et c’est super ! on dirait que les nappes se rechargent bien. C’est vraiment une bonne nouvelle après les sècheresses de l’an dernier.

      J'aime

  2. Oui… on en arrive même à se retrouver dans la suspicion de soi-même, c’est vrai, avec ta bestiole bien nommée ! Mais ce n’est pas pour ça qu’on va avoir envie de devenir ministre !! 😉

    Bon, déjà, ravie pour ton fils, toi, ta famille… ouf !

    Après, ben… « Après la pluie le beau temps ! »,
    le pouvoir du soleil, de la lumière, et des projets !

    … et va pas me rétorquer qu’après le beau temps, la pluie, ça je sais, j’y suis ! 😉

    J'aime

  3. Parmi les derniers morts de l’Oise, deux ont attrapé les bestioles à l’hôpital alors qu’ils étaient soignés pour autre chose….Ici, les écoles sont fermées, les bistrots ont moins de clients, dans les magasins on ne trouve plus de pâtes …ni de frites, étonnant ! Pour garder le moral j’écoute de la musique. 😉

    J'aime

      1. C’est Coluche qui disait qu’il fallait éviter les hopitaux, on y meurt plus souvent que chez soi.

        J'aime

  4. Bin ici, ça y est, on peut manger dehors, au soleil… On en profite, on prend l’instant présent…Dans le village de mon petit fils, crèches, écoles et collège fermés…Principe de précaution, on a beau dire  » pas peur », mais notre inconscient serre les fesses…
    Il y aurait beaucoup à dire…
    Coucou à Paul, qui doit respirer après ce séjour en terre inconnue,….
    Bises

    J'aime

  5. Partout partout partout.
    Est donc « réapparue » la notion d’infobésité. Ou « la surabondance d’informations imputée aux chaînes d’information en continu, aux nouvelles technologies de la communication (Internet, téléphones portables, messageries, réseaux sociaux) et à la dépendance qu’elles créent chez l’utilisateur ».
    L’une des nombreuses définitions trouvables sur le net.
    Un test à faire dans les transports en commun : tousser un grand coup, bien fort et bien exprès. Et observer les visages des gens qui se retournent, l’air un peu affolé. Et leur dire : Non… je déconne !
    Chaque année l’épidémie de grippe a de plus graves influences.
    Ok. Faire gaffe donc. Mais raison gardée aussi.
    Demain j’envisage de prendre les transports en commun à huit-clos.

    J'aime

  6. … et en Finistère, les schtroumpfs schtroumpfent !!! Sans du tout céder à la panique … chez les irréductibles penn-ar-bédiens, les écoles restent ouvertes et les coquillettes n’ont pas été prises d’assaut … je ne suis, pour autant, pas fière de ce zèle en bleu et blanc :/
    Maintenant, si le Grand Schtroumpf nous concocte un élixir pour dissoudre la bestiole, j’en boirai sans rouscailler 🙂

    J'aime

  7. Trump a réussi à fusionner la fonction de roi et de bouffon. Sa prochaine décision va t’elle être d’imposer les crécelles aux malades du Covid-19 et à Ruddy Gobert ?
    Le peuple réclame du pain et des jeux, ils sont en train de suspendre ces derniers (arrêt de la saison de NBA) bientôt ce sera le pain, la famine guette les EU.
    Et l’Europe n’est pas en reste, on n’aide pas l’Italie et on lui refuse les masque respiratoires sous prétexte qu’on les garde pour nous, bonjour la solidarité.

    J'aime

  8. T’as eu chaud . Et moi ce matin ( qui travail en milieu Medical) un collègue qui me dit bonjour mais je suis malade et qui s’écarte de moi…. ça fait réfléchir aussi. De plus moi j’ai eu la grippe et fut arrêter 10 jours en février, pas un petit truc …

    J'aime

      1. En plus de la gastro j’avais tous les symptômes, fièvre pendant plus de 6 jours, de la toue à ne pas pouvoir dormir, et difficultés respiratoires et bien sûr courbatures et douleur dans les membres

        J'aime

  9. Président Macron – qui (contaminé ??) s’est mit soudain à faire l’éloge des services publics qu’il était en train de détruire – a décrété la mobilisation générale contre l’ennemi invisible qui vire et ruse la nuit et le jour dans les rues…Le Coronavirus s’automobile jusque dans nos campagnes engorger les voies respiratoires de nos fils et compagnes. Dimanche, tous aux urnes citoyens ! Ne formez pas de bataillons! Marchons, marchons à un mètre de distance, les mains propres et le stylo sur le coeur. (Par mesure de précaution, on abandonnera les vieux à eux-mêmes et on triera les malades.)
    Que la bestiole impure n’abreuve que les sillons de nos signatures…

    J'aime

  10. Et voilà que l’on interdit les rassemblements de plus de 100 personnes, après avoir interdit les visites dans les EHPADH qui vont devenir des prisons à vieux. Quelque part cela me gène. C’est ce que Michel Foucault appelait le « Bio pouvoir ».

    J'aime

  11. Tout est en train de s’arrêter progressivement, y compris dans le domaine de la culture (théâtre et cinoche).
    Et les écoles vides d’enfants… Ma petite-fille râle déjà de ne pas y aller lundi.
    Tu vois pas que les mouvements des marées soient contraints à faire de même !? Je connais un ponton qui va sangloter de ses piles de voir s’arrêter le cours du fleuve.
    Heureusement le cours du temps, lui, continue. Et les bourgeons bourgeonnent et les piafs gazouillent.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.