Madame Irma parle de Son Altesse

SAS

J’avais parié que Son Altesse allait tout lâcher pour les intermittents. En effet, les artistes sont réputés pour ouvrir leur gueule en argumentant et certains ont une réelle influence sur la pensée collective. On préfère toujours se les mettre dans la poche.

Ce n’est donc pas les mesures pour la culture annoncées par Son Altesse qui m’ont surpris. C’est le ton, la forme. J’avais l’impression que Son Altesse était soudain investie d’un nouveau personnage : le grand réformateur qui va changer le monde de demain avec imagination, volonté, voulant surprendre tout le monde, opérant un virage à gauche tel que le fit Roosevelt avec le New Deal.

Car oui, Son Altesse est romantique, passionné à ses heures. Peu importent les convictions profondes, c’est le rôle qui l’emporte. La beauté du personnage.

Et si Mélenchon allait finir par voler au secours de Macron ?

Imaginons deux secondes que Son Altesse mette en pratique ses paroles et veuille tout chambouler pour une politique où l’état est fort, décide, protège (une vraie politique socialiste, pas à la Hollande). Pensez-vous que cela se passerait comme ça, facilement ?

Quand on demande trop d’efforts au peuple, quand on le saigne, il descend dans la rue et crie. Alors on le matraque, on le gaze, on dénonce la violence des gens trop radicalisés, on laisse pourrir et tout finit par se tasser. Ça marche comme ça quand le peuple est en colère. Mais si l’on demande au pouvoir du pognon de faire des sacrifices, là, ça ne crie pas, ça ne descend pas dans la rue, ça ne fait pas de bruit. Mais ça agit dans les tours de la Défense, sur les plages de Caraïbes, ça téléphone, ça prend la fuite, ça place ailleurs, ça démolit tout ce qui pourrait aider aux projets bolchéviques. S’il le faut, il y a suffisamment d’argent pour faire dézinguer les gêneurs et monter de faux mouvements sociaux pilotés par les mafias. L’histoire est pleine de ces réactions du pouvoir de l’argent. Ce n’est pas une vue complotiste. C’est de l’histoire.

Je ne suis pas certain qu’il soit complètement naïf et vain de porter un regard sur les situations comme sur un théâtre de marionnettes, n’en déplaise aux « c’est-pas-si-simple ». Si la pensée peut sembler complexe, les actes restent guidés par des pulsions archaïques. Nous oublions trop vite que nous sommes des animaux. Ne craignons pas d’êtres bêtes puisque nous le sommes.

Pourquoi Sarko, Hollande, Macron, commencent-ils leur mandat en faisant des gros cadeaux aux fortunés ? Je parierais que c’est moins par conviction économique sincère que par peur de se voir emmerdé. Pour les artistes, c’est pareil. Les gouvernants ont peur de ceux qui pensent et s’expriment. Il vaut toujours mieux payer pour obtenir des bouffons. La pensée est sous contrôle. Enfin, une illusion de contrôle qui ne tient jamais bien longtemps.

Félicitons-nous de ces gestes pour les intermittents, quelles qu’en soient les motivations ! Et si son Altesse veut endosser un nouveau costume, qu’elle le fasse !

Oui, la période que s’annonce va être passionnante.

PS : Alors, le sujet de l’article n’est pas sur la qualité des mesures mais sur la posture de Son Altesse. Ensuite, je ne dis pas qu’il a viré à gauche mais « imaginons que ». Voilà…

10 réflexions sur « Madame Irma parle de Son Altesse »

  1. Bonjour,

    Attention tout de même au contre ordre. Il dit oui avec la tête, et dit non dans son action généralement.
    Il me semble qu’il veut faire une année blanche pour les intermittents, mais ajoute qu’il n’y en aura pas besoin, car l’état va embaucher massivement les artistes pour….. garder les enfants dans les écoles.
    Amener la culture aux masses…. ça semble beau, mais en fait c’est : nous élites on a la culture, et on va la diffuser aux masses laborieuses qui ont besoin de distraction pour arrêter de penser….. (et de râler).
    D’ailleurs j’ai vu qu’il le dit : quand Robinson fait naufrage il ne pense pas il agit…… (je résume)
    Il dit cela, alors qu’il me semble que ces dernières années nombre de compagnie ont dues arrêter, les Théâtres sont poussé a avoir des partenaires privé, le marketing et le management a souvent pris la tête des lieux comme ailleurs, on cherche des indicateurs (tu ne connais peut être pas SIBIL, devenu obligatoire dans les lieux, qui oblige tous les acteurs culturels à déclarer leurs recette et leurs spectateurs au ministère de la culture, dans le but de…… je ne sais trop quoi). Les indicateurs, tu pourrais en faire une chronique, souvent ça ne sert pas à grand chose, sinon à avoir un moyen de coincer les emmerdeurs quand ils l’ouvrent trop, à permettre a des petits chefs de transmettre des graphiques à l’echelons supérieur pour justifier de leur importance, et compresser en dessous pour pousser a avoir des chiffres…. chiffres qui font que ceux qui font vraiment le travail sont détournés de leur tâche pour les fournirs.

    Il dirait qu’a la rentrée, il y aura des classes moins chargées, plus d’enseignant, et plus d’enseignement artistique avec pour objectif l’émancipation , de l’aide aux petites compagnies etc…. tout cela chiffré, pensé, organisé, avec des moyens en face, je serais plus convainvcu par le virage,

    Là on va voir qui est le Dindon à la fin……
    Hervé

    J'aime

  2. Et bien , je reste beaucoup plus prudente sur le geste car n ‘ oublions pas que 50 % des intermittents.es ne sont pas indemnisé.es, que va-t-il se passer pour les autres cddu? Les ouvreuses de théâtre etc…. Certains métiers ne font plus partie de l’intermittence du pestacle, beaucoup à la machinerie par exemple pour arranger les productions ( location de bijoutes). Tu vois un electro apprendre à des gamins comment on met un 15 kw à 15 mètres de hauteur ? Un cintrier il va faire quoi comme atelier? D’ ailleurs les ateliers existent déjà et les heures sont prises en compte uniquement au régime général ,c ‘est l’artistique qui les fait. Je pense que l ‘on pourra dire quand on aura vu les décrets si c’est ok pour tous et toutes ou si il y a des gens laissés sur le bord de la route,et si ce n ‘est pas une plutôt une manière de séparer …. Restons très prudent!

    J'aime

    1. Merci , vu que j’avais fais un commentaire un peu long, j’avais homis cet aspect pratique : soit c’est des ateliers et donc régime général, soit on demande à des artistes de faire des spectacles en classe, ce qui est une alternative à la télé. Mais si c’est la deuxième solution qui est utilisée, a quel prix les séances ? Cela ne risque t’il pas de mener à créer des formes courtes et faciles pour occuper les gamins ? Genre un digest de théâtre uniformisé qui passe facilement, et qu’on peu reproduire plusieurs dans la journée devant des classes de 10 ? Du spectacle industriel quoi, loin d’une ambition d’émancipation des futurs citoyens. Et puis je reviens sur le prix, il n’y a pas que les 507 heures, mais aussi le montant des cachets qui font le revenu de remplacement…. Et la il risque d’y avoir de la casse.
      Une autre hypothèse serait qu’ils cherchent à conditionner les droits à des interventions en classe, et la il risque d’y avoir des artistes qui vont souffrir, car jouer ou animer devant des classes, je ne suis pas certain que cela s’improvise.

      J'aime

      1. Encore une fois, l’article ne parle pas de ça. Je partage votre point de vue mais le sujet c’est « les transformations de Macron sont-elles sincères et si oui, dangereuses ». Pour ce qui concerne les artiste, une seconde pétition est en ligne.

        J'aime

    2. Pour les ateliers, il dit que ça compterait des heures, donc dans le régime. Mais sans doute n’y connait-il rien. Quoi qu’il arrive, il faut rester combattif. Mon article parle d’autre chose.

      J'aime

  3. Alors, le sujet de l’article n’est pas sur la qualité des mesures mais sur la posture de Son Altesse. Ensuite, je ne dis pas qu’il a viré à gauche mais « imaginons que ». Voilà…

    J'aime

  4. Macronnette, atteinte par la maladie, s’en est allée consulter le professeur qui vomit, à Marseille (« Raoult »), comme son nom l’indique.
    Et il faisait très beau… C’est pour cela que Macronnette est toute bronzée.
    Oui c’est pour ça… BFM se posait la question. Mais bon… BFM est à l’information ce que ma petite cousine Josette est à la réforme de la Constitution de la 5ème République. Autant dire : un mignon poil de cul !
    Macronnette s’est fait vacciner (je suppose) : Le « K0520 ».
    Code « médical » de ce nouveau vaccin, où K signifierait Krivine. Le reste est facile à entendre.
    Les toubibs sont circonspects. La Sphère scientifique s’interroge…
    Comme dans les vieux films en noir et blanc, le suspens est à son comble.
    Macronnette faisant le spectacle, et constatant qu’il n’y a aucun spectateur, se dit que la situation ne peut pas durer.
    Soudainement – et je ne sais quelle guêpe le pique alors – Macronnette téléphone à ma cousine Josette, sa Sibeth Ndiaye du moment, lui disant : « Ma Josie [oui, ils étaient devenus familiers], ne crois-tu pas qu’il faudrait rouvrir l’accès aux plages pour tourner le remake d’Un Homme et Une Femme ? ».

    Ma Josette, technicienne de rien du tout, Juste Jolie Fille fragile et intermittente, a invité Macronnette en un voyage en la Grèce Antique, au pays de Sodome et Gomorrhe.
    Ma Josie avait l’art de la poésie, et le vrai sens de la géographie.
    Mais tous ne l’entendaient pas ainsi !

    J'aime

      1. Elle t’embrasse aussi.
        Fille qui a du coeur ! Et une si belle insolence.

        J'aime

Les commentaires sont fermés.