Hémisphère droit, hémisphère gauche

cerv

(je sais que cet article sera peu lu parce qu’il est trop long)

FICTION-ÉMOTION / RÉALITÉ

Je me suis fait allumer par des copains de gauche parce que j’ai dit que Hollande avait eu la classe dans sa dernière allocution. J’aurais pu en faire de même pour l’intervention de Sarkozy quand il a admis sa défaite. J’aurais pu dire aussi sans rougir que Fillon avait été nettement le meilleur dans les débats des primaires. Et pourtant, plus à gauche que moi, t’as du mal. Anticapitaliste, altermondialiste, humaniste, contre les lois du marché et de la finance, écologiste, pour un impôt juste et équitable partagé par tous, pour une meilleure répartition des richesses, soutenant l’idée d’un état protecteur, de la démocratie participative, des micro initiatives locales réinventant l’agriculture, le commerce et l’échange, contre l’argent comme valeur suprême, pour la culture, l’éducation populaire, le dialogue, l’ouverture aux autres et au monde, la solidarité… Bref des valeurs peu partagées par ceux qui se revendiquent de droite (qui pensent à peu près à l’inverse de tous ces points).

Le bilan de Hollande a beaucoup plus été favorable aux idées de droite qu’aux valeurs que j’ai énumérées (même s’il n’a pas été complètement nul pour celles-ci). Mais il n’en reste pas moins que, lors de son allocution que j’ai écoutée en direct à la radio, je me suis raconté l’histoire d’un homme qui a voulu être président, s’est appliqué à obéir sagement à toutes les directives Européennes, a essayé de se servir du levier libéral pour atténuer le chômage, s’est coltiné les pires attentats et qui, à ce moment, convient qu’il a échoué et qu’il ne se représentera pas. J’étais persuadé avant l’allocution qu’il avait pris cette décision d’abandonner et pourtant, au fil des longues énumérations de son bilan qu’il essayait de rendre positif (juste parce qu’il l’est si on le compare au programme de Fillon), j’ai cru qu’il allait rempiler. Et puis ouf. Non. Il abdique. Merci et bravo, Hollande ! Réaction à chaud. Assumée.

Il me semble qu’il faut garder à l’esprit que le vote se fera en partie sur le programme des uns et des autres, mais aussi sur leur façon de parler, la confiance qu’ils inspirent. Des tas de facteurs totalement irrationnels qui agiront parfois avec plus de force que les programmes. Les lois de la télé… C’est une des raisons qui fait que je me méfie de Fillon. Son programme est nullissime, une vraie catastrophe humanitaire et pourtant, il parvient à embarquer les foules de droite (voire davantage).

LE FN

Il faut concéder que cette réalité ne vaut qu’en l’instant t et que tout ça peut changer, au gré de la médiatisation et des débats. Aujourd’hui, nul ne peut prédire l’élection de 2017. Mais si l’on prend tout en compte avec intelligence, il n’est pas du tout certain que le FN soit présent au second tour, contrairement à ce que l’on pensait ces derniers temps. Il y a eu le choc Trump dont on mesurera la connerie lors de ses premières décisions en début d’année. Le fameux candidat anti système, anti-finance qui met au trésor un gars de Golman Sachs.

En piquant toutes les idées économiques et sociales de gauche, le FN ne manquera pas de révéler son absence de sincérité et son opportunisme électoral puisque ce parti demeure un parti d’extrême droite. A vouloir trop jouer sur ce registre contrenature, une partie traditionnelle de son électorat catho-facho sera aspirée par Fillon.

MÉLENCHON

Pour l’heure, le seul programme visible qui répond aux aspirations de gauche énumérée plus haut, c’est Mélenchon. Mais je vois bien que l’homme cultive le culte de la personnalité (la sienne), se montre sectaire, a des positions très ambiguës en matière de politique internationale, est trop persuadé qu’il est hyper fort en stand-up. S’il ne travaille pas sur ces point faibles (le peut-il ?), il se cassera la gueule en empêchant juste une possible victoire de la gauche (alors qu’il aurait les moyens historiques d’une place au second tour).

PRIMAIRE DE GAUCHE

La primaire de la gauche est capable de créer quelques surprises. Mais pour cela, il faudra une adéquation heureuse entre le programme et de celui qui le porte. Montebourg, avec son parler ampoulé et ses ronds de manche n’est pas le mieux placé pour séduire un électorat populaire, tandis que Valls, le socio-libéral, est un grand orateur. Rien n’est fait. Gérard Filoche ? Il est certain qu’il va en emballer plus d’un qui ne le connaissent pas encore.

PARADOXE TEMPOREL

Le temps s’accélère. Ça veut dire que les élections sont beaucoup plus éloignées qu’on l’imagine. Simplement parce qu’entre aujourd’hui et le mois de mai, il va se passer mille choses, mille événements qui vont tout chambouler. Comme si une année entière s’était écoulée.

 

Publié dans blancan | 3 commentaires

Harcèlement

jeune

Ces derniers temps, je subis l’assaut répété de demandes d’amies, souvent très jeunes (voire mineures), très maquillées, peu vêtues, mimant avec plus ou moins de convictions des postures suggestives.

Peut-être suis-je irrésistible et représente un fantasme pour les jeunes filles. Quelle tristesse !

Peut-être existe-t-il un commerce du sexe et représenté-je une cible pour ce genre de produit. Quelle horreur !

Peut-être sont-ce des appâts pour quelque arnaque ou plan foireux de petits escrocs. Quelle naïveté !

Quoi qu’il en soit, je serais reconnaissant si Monsieur Facebook pouvait me dispenser de ce genre d’intrusion.

Publié dans blancan | 14 commentaires

La classe !

holl

La grande classe, le président !

Et les bourrins de droite qui sont infoutus de reconnaître le courage et l’humilité de ce geste. Il ne pensent qu’à leur poire et n’ont aucune valeur morale. L’échec de Hollande, c’est d’avoir fait des cadeaux aux entreprises en pensant que ça allait créer des emplois. Ils ont bien pris le pognon. Ils ont juste oublié d’embaucher, les patrons. La morale des riches. Caricature ? J’aimerais.

Après, il a fait cette mesure pour la déchéance de nationalité après les attentats pour aller dans le sens des souhaits de la droite. Et là, la droite, au lieu de le suivre, elle a continué à cracher. Dans cette situation… quelle abjection. Le président a d’ailleurs formulé son regret (un peu tard).

Son tort encore aura été de poursuivre sur sa droite avec la loi travail. La droite se félicitait de ces inflexions. Personne n’aurait imaginé qu’un gouvernement de gauche se lancerait dans de telles réformes. Et qu’a fait la droite ? Continué à cracher son venin.

Qu’ils se souviennent plutôt de l’Ego de leur ancien chef, ancien président de la république qui a eu le culot aveugle de se présenter à la primaire de la droite. Un homme d’État, Sarkozy ? Je ris.

Je n’ai pas aimé la politique de Hollande, parce que je suis de gauche. Mais j’ai été ému par la hauteur de son intervention et de sa décision. Évidemment, quand on pense à hauteur de bouses, on continue de cracher.

Publié dans blancan | 15 commentaires

Ton programme est une caricature !

fillon

C’est une impression ou depuis l’investiture de Fillon, la droite réactionnaire se lâche ? Entre les cathos et les anti droits sociaux, ils s’expriment en chœur. Ils s’y croient déjà.

Les retraités bourgeois sont contents de voir l’âge de la retraite reculer (ils s’en foutent, ils touchent déjà la leur), par exemple. Ben ma pomme, à 58 balais, ce n’est pas une nouvelle qui m’enchante. Et puis il y a les fonctionnaires qui seraient trop nombreux. La Charente libre vient de diffuser le tableau suivant qui met de l’ordre dans les idées reçues.

15219402_10154724735154659_8619133097400263455_n

Constaté aussi que Fillon (et les siens), dès qu’on oppose une contradiction n’hésite pas à répondre qu’on caricature son propos ou que l’on propose des vues caricaturales. Mais mon bon Fillon, ton programme à lui seul est une caricature ! Comment veux-tu que l’on te parle ? Notez bien que le mot caricature va circuler à toute berzingue pendant les mois qui viennent. Manipulation à deux balles.

Pourtant, ce type de posture est très en vogue, bien au-delà de la droite réactionnaire. Ainsi je lis ici ou là des gens qui disent : désolé, Mélenchon, je peux pas. Trop démago. Trop mégalo. Et ceci et cela. En tout cas, avant de juger le bonhomme pour justifier que l’on ne va pas voter ou voter rose, écoutons les analyses et les propositions. Aujourd’hui, c’est bien lui qui porte un regard de gauche, n’en déplaise aux allergiques. Après, en mai, de l’eau aura coulé sous les ponts et rien ne dit qu’il restera la tête de proue de cette France qui gronde et espère. Ne l’enterrons néanmoins pas trop vite, par réflexe.

Après dix jours de diète, il fallait que ça sorte.

Publié dans blancan | 8 commentaires

3 histoires d’amour (dizaine 10/10)

img_4405

Je terminerai cette dizaine d’articles dans lesquels je m’étais artificiellement imposé de ne rien dire de négatif par mes bonheurs artistiques des semaines passées.

Il y a eu Edmond d’Alexis Michalik au Théâtre du Palais Royal. La success storie de la première de Cyrano de Bergerac, de l’écriture à la représentation. Une écriture vive qui renoue avec un théâtre populaire au bon sens du terme. Mise en scène et acteurs qui jubilent. Un triomphe pour des spectateurs qui aiment qu’on leur raconte des histoires qui, si possible, finissent bien et génèrent une bonne dose de rires.

Presque à l’opposé, le roman de Jocelyne Desverchère, Première à éclairer la nuit, chez POL. Peu de personnages pour une histoire d’amour qui ressemble à l’histoire d’une obsession. L’écriture remarquable se déroule dans une rare économie de mots. Les phrases se limitent à leur strict nécessaire. Pas de fioriture. Et naît la beauté de l’écriture. Un détail raconte l’essentiel, l’air de rien. Nous ne lisons pas une histoire d’amour fleur bleue mais l’histoire d’un combat dans lequel la volonté joue un rôle majeur. Par moments on croirait lire un polar. Je connaissais Jocelyne comme actrice et réalisatrice. Sa plongée en écriture est une très grande réussite.

C’est plus facile et attendu, mais j’ai beaucoup d’affection pour Tonino Benacquista. Romanesque, édité chez Gallimard est encore une histoire d’amour. Mais l’histoire d’un amour absolu, irréel, qui commence au Moyen-âge et traverse le temps et la géographie. Face à cet amour pur, la jalousie des autres, l’ostracisme des bonnes gens qui ne supportent pas tant de bonheur, suspectant quelque magie, maladie mentale. Cette histoire n’est acceptable qu’à partir du moment où elle entre dans la légende, dans une espèce de fiction que l’on raconterait. Cet amour-là ne supporte pas le réel. On pourrait penser à Cyrano de Bergerac justement ou à Don Quichote dans ce plaisir des épopées romanesques. Un grand plaisir de lecture.

Publié dans blancan | 12 commentaires

Interlude post primaires (dizaine 9/10)

ours

Bon, en fait, depuis une semaine, je bricole dur car je sais que je n’en aurai pas le loisir en 2017 (c’est pour ça, le doigt de la semaine dernière). Mon voisin anglais me dit que je me fais une man cave. Le sanctuaire du mâle. Je me demande d’où vient ce besoin qu’ont les hommes de se construire un espace dédié, une tanière, une caverne. On pense évidemment à une tendance bien connue à l’égoïsme mais j’aime à croire qu’il y a quelque atavisme. Il doit bien exister une étude sur le sujet.

En fin de semaine, petit goûter à la SACD pour les boursiers Beaumarchais. Un peu de société après ma période « ouvrier du bâtiment » fera un contraste bienvenu.

Et de 9 ! Plus qu’un article gentil…

Publié dans blancan | 23 commentaires

Avant l’heure (dizaine 8/10)

sourcils

Les sourcils ont gagné. Élection ouverte pour 2017 ? Il faut voir. En tout cas, ceux de gauche qui sont allés filer deux euros pour Juppé auraient mieux fait de s’acheter des malabars. C’est la vie.

En respect à mon projet de dizaine, je ne ferai pas davantage de commentaires.

Et de 8 !

Publié dans blancan | 6 commentaires